Le métier de serveur

 

De la préparation de la salle jusqu’au départ du client, le serveur joue un rôle clé dans un restaurant. Il doit posséder de bonnes qualités relationnelles, être aimable et courtois, mais également être doté d’une bonne résistance physique et nerveuse pour gérer les « coups de feu ».

 

serveur

 

Avec 4 634 postes à pourvoir recensés par Pôle Emploi pour 2019 dans le Grand Est, le métier de serveur en hôtellerie-restauration est le 3e profil le plus recherché actuellement en France. Mais près de 66% de ces projets de recrutement sont jugés difficiles, malgré une offre étoffée de formations adaptées à tous les niveaux, des salaires et avantages plutôt attractifs, et de réelles possibilités d’évolution.

 


 

QUELQUES CHIFFRES

 

21 253 serveurs, commis ou « garçons » sont recensés dans le Grand Est (source Région). 


69,7% de ces salariés sont des femmes, une proportion bien plus élevées que dans la plupart des autres métiers.


8 offres d’emploi de serveur ont été proposées pour 10 candidats au cours des 12 derniers mois (source Pôle emploi), un chiffre sensiblement supérieur à la moyenne.


56% des contrats de serveurs en café-restaurant sont des CDI, contre 23% de CCD de plus de 3 mois, et 15% de CDD de moins de 3 mois.


+ 3, 9% c'est la progression du nombre de salariés dans la restauration entre 2016 et 2017 en Grand Est, soit la 4e meilleure progression tous secteurs confondus (source URSSAF).


340 places destinées aux demandeurs d’emploi dans des actions qualifiantes, de professionnalisation ou de découverte des métiers de la restauration et du service ont été financées par la Région depuis janvier.

 


 

UN SECTEUR EN TENSION


La profession souffre d’un réel déficit d’image, lié à des contraintes fortes : il faut travailler debout, marcher (ou piétiner) beaucoup, travailler sous pression au moment des « coups de feu », gérer plusieurs tables en même temps, tout en restant concentré sur l’arrivée des plats et les sollicitations des autres clients… Autre spécificité du métier : les horaires « coupés ». Les deux services du midi et du soir impliquent en effet une pause, en général de 14 à 18 heures, y compris le weekend.

 

LE POIDS DES HORAIRES DECALES

 

Pourquoi les métiers de la restauration peinent-ils tant à recruter ? Pour Benoît Joliot, gérant du restaurant « Marie Leszczynska » à Lunéville, le problème vient essentiellement des horaires décalés. « Nous sommes un petit restaurant de 30 couverts avec un seul serveur, nous n’avons donc pas de problème de roulement puisque nous fermons lors des congés de nos employés. Mais je vois bien que mes confrères qui gèrent des établissements plus importants peinent à trouver des salariés. Beaucoup de restaurants ferment un jour de plus dans la semaine ou n’ouvrent que le midi pour parvenir à tourner. »

 

Le métier de serveur vous intéresse ?
Découvrez sans attendre les offres d'emploi dans votre région !

 

Nouvelles offres