Développeur : Un métier au-delà des codes !

D’ici la fin de l’année, 70 000 postes auront été créés dans le numérique en France, dont 4500 dans le Grand Est, selon le syndicat professionnel Syntec Numérique. Profil le plus recherché : celui de développeur web. Loin d’être réservé à des matheux asociaux, ce nouveau métier aux multiples facettes est notamment accessible aux salariés en reconversion et aux demandeurs d’emploi, grâce à des formations courtes.   
 

Développeur d'application

 

Entre 200 et 400 personnes manquent aujourd’hui par rapport aux besoins de recrutement de spécialistes du numérique dans le Grand Est, dont 70% de développeurs. 

 

88% des salariés du secteur numérique du Grand Est sont en CDI, dont 84% à temps complet. 

 

9152 salariés sont recensés dans la région au sein de 973 entreprises du secteur numérique, dont 44% dans le Bas-Rhin (chiffres INSEE 2016). 

 

65% des employés du secteur numérique dans la région sont des hommes. Ils ont en moyenne entre 25 et 34 ans.  

 

380 demandeurs d’emploi ont bénéficié cette année d’une formation financée par la Région au métier de développeur d’applications. 

 

54% des salariés du numérique dans le Grand Est restent moins de 5 ans dans leur entreprise, contre 33% tous secteurs économiques confondus.  

 


 

Le métier de développeur web évolue rapidement, notamment grâce à l’apparition de progiciels qui génèrent automatiquement des algorithmes et permettent de réduire le temps passé à rédiger des lignes de code. Les étapes de réflexion et de conception d’un site ou d’une application, de test et de mise en production, de résolution des inévitables bugs et d’élaboration des supports nécessaires en cas de dysfonctionnement ou pour les mises à jour prennent quant à elles de plus en plus d’importance.  

 


 

Un métier où l’on ne s’ennuie pas

La profession de développeur informatique permet un grand nombre d’évolution. « Les développeurs possèdent un socle de connaissances commun qui comprend plusieurs langages informatiques : java, python, html, javascript... On peut être amené à travailler pour des secteurs d’activités variés qui ont chacun leurs spécificités. En fonction de ses envies, on peut facilement changer ou se spécialiser », explique Alexandre Herbeth. Avec de l'expérience, on peut exercer des fonctions d'encadrement comme développeur senior ou Lead développeur, ou bien évoluer vers des postes de chef de projet ou bien monter sa startup. Tout dépend du profil et des talents : certains peuvent aller vers le webdesign, d'autres les métiers de la Data ou encore le conseil...

 


 

3 profils très recherchés 

 

DEVELOPPEUR FRONT END

Il est chargé de toute la partie visible d’un site, avec laquelle on peut interagir avec un navigateur. Polices, menus déroulants, formulaires de contact et autres curseurs sont en effet générés des codes associant divers langages de programmation. En général, le développeur Front End travaille avec un webdesigner. 

 

DEVELOPPEUR BACK END 

Essentielle au fonctionnement d’un site mais invisible pour l’utilisateur, le Back End est composé de 3 éléments : un serveur pour l’hébergement, une application pour administrer le site, et une base de données pour gérer et stocker les informations. Ces technologies nécessitent l’utilisation de langages très spécifiques.

 

DEVELOPPEUR FULL STACK 

Plus qu’apprécié notamment par les startups, le développeur Full Stack est capable de gérer à la fois le Front End et le Back End. Il maîtrise les principales technologies et la plupart des langages de programmation, et peut ainsi intervenir sur des missions très variées, ou gérer l’ensemble des étapes nécessaires à un projet.  

 


 

Des besoins accrus

« Si tout le secteur du développement est en tension, certains types de profils sont plus recherchés », souligne Hérold Robin, vice-président de l’association Numeric Emploi. Parmi eux figurent les Scrum master (les spécialistes de l’agilité), les  Business analystes, les classiques développeurs et les spécialistes de la data. Le directeur régional Grand Est du groupe GFI précise : « Dans nos recrutements, nous ne focalisons pas uniquement sur les compétences techniques, nous sommes très attentifs aux soft skills. La personnalité des candidats est importante : la curiosité, l’ouverture d’esprit et la capacité à se remettre en question sont les soft skills recherchées. »

Nouvelles offres