Réduire son empreinte écologique au travail : les gestes simples à adopter

Eh bien oui ! Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, la pollution est aussi digitale. Envoi de mails, téléchargement de photos, visionnage de vidéos, stockage de données… Toutes ces actions ont un impact environnemental important que vous pouvez facilement limiter afin de réduire votre empreinte écologique au travail.

Réduction empreinte eco au travail

Le B.A.-BA des gestes écologiques à adopter au travail

Comme partout, la réduction de votre empreinte écologique passe d’abord par des gestes simples comme le tri des déchets, l’utilisation d’une tasse à café unique et d’une gourde pour vous servir à la fontaine à eau. Si vous allez chercher à manger à l’extérieur pour revenir manger au bureau, pensez aussi à prendre vos propres couverts pour éviter d’utiliser les fameux petits couverts en plastiques.

La réduction de la conso de papier, l’éternel combat écologique

Les imprimantes n’ont pas encore disparu au travail mais faites comme si elles n’existaient pas ! Aujourd’hui encore, beaucoup trop de papier est utilisé et pire encore, n'est pas recyclé ensuite. Si vous n’avez pas pu faire autrement que d’imprimer, mais que vous n’allez pas conserver cette feuille, pensez à d’abord l’utiliser comme brouillon et surtout mettez-la bien dans la poubelle dédiée au papier lorsque vous souhaitez la jeter.

Le télétravail : tendance et écolo

On en entend parler tous les jours en ce moment, le télétravail est la nouvelle mesure pour limiter la propagation de la Covid-19, mais pas seulement. Il permet aussi de limiter les déplacements des salariés entre leur domicile et leur lieu de travail et donc limiter la pollution liée à leurs trajets. Le télétravail peut permettre aussi de limiter la surconsommation d’énergie dans les locaux de l’entreprise en limitant votre consommation à votre domicile.

La réduction de l’empreinte écologique passe aussi par le digital

Connaissez-vous le terme pollution digitale ? De plus en plus utilisé, il fait référence à l’impact environnemental généré par l’utilisation quotidienne d’internet. Envoi d’emails, stockage de données, téléchargements… Toutes ces habitudes doivent être revues et pensées pour être optimisées. Par exemple, vous pouvez limiter le nombre de destinataires dans un email et bien les formuler pour limiter les échanges, vous pouvez aussi vous désabonner des newsletters que vous ne lisez pas, stocker vos données sur un disque dur ou limiter à l’essentiel l’utilisation du cloud… Il est vrai qu’il n’est pas facile de se rendre compte de la pollution engendrée via son ordinateur mais elle est bien réelle, alors maintenant vous ne pouvez plus faire comme si vous n’êtes pas au courant !

Retour à la liste