Primes, avantages, et augmentation de salaire : quelles différences ?

La négociation de salaire est tout un art et le maîtriser demande quelques clés. En plus d’identifier le moment opportun pour demander une augmentation de salaire, il faut pouvoir démêler le vrai du faux entre les différentes primes proposées, l’intéressement et l’augmentation de salaire pur.

primes avantages augmentation

La plus demandée : l’augmentation de salaire simple 

Lorsque vous négociez une augmentation de salaire vous pensez directement à changer, le montant de votre salaire annuel brut et net, ou le mensuel. Ainsi votre augmentation se traduit par du salaire simple, soumis aux mêmes charges et cotisations sociales que votre salaire habituel. Vous pouvez donc vous faire une idée rapidement de l’augmentation concrète, en calculant de tête la différence entre le brut et le net.

Le compromis pour une augmentation de salaire : les primes

Votre employeur vous propose d’avoir une part de votre salaire en variable, c’est-à-dire avec un pourcentage de prime en plus, pour vous augmenter. Il s’agit tout simplement d’une prime. Mais elle peut être contractuelle ou exceptionnelle. En plus de savoir comment négocier votre salaire, il faut donc connaître la différence entre tout ce qu’il va vous être proposé.

  • Primes contractuelles

Les primes contractuelles, sont celles qui, comme leur nom l’indique, sont inscrites dans le contrat. Elles peuvent être fixés sur des objectifs mensuels, annuels,  donc dépendre de vos résultats ou être fixes. Dans tous les cas, elles font parties de votre salaire.

  • Primes exceptionnelles

Les primes exceptionnelles ne font pas parties de votre contrat. Elles peuvent vous êtes versées par l’entreprise qui estime avoir réalisé un bon chiffre d’affaires grâce à vous, elles peuvent venir de vos qualités (assiduité, ponctualité…), être liées au coût de la vie…

Dans tous les cas, elles ne peuvent pas constituer une augmentation de salaire régulière, en tant que telle, contrairement aux primes contractuelles, qui sont donc obligatoires.

Attention, là encore, lors de votre négociation de prime, vous devez déterminer si vous parlez en brut ou en net, car elles sont, elles aussi, soumises aux charges et cotisations.

Dernière option : les avantages en nature

Votre employeur peut aussi vous proposer des avantages en nature s’il ne peut pas vous proposer une augmentation de salaire. Les tickets restaurant, les voitures et logements de fonction ne sont pas les seuls avantages en nature, malgré qu’ils soient les plus fréquents. Votre entreprise peut aussi vous proposer des chèques cadeaux, les chèques vacances et le chèque emploi service universel (CESU). Ce dernier n’est pas imposable et permet aux entreprises de bénéficier d’un crédit d’impôt.

Plusieurs employeurs proposent aussi des services de crèche en entreprise ou de conciergerie. Même si ces avantages ne sont pas de l’argent gagné en plus chaque mois, c’est à réfléchir. Une voiture de fonction ou uns service de crèche sont des dépenses du quotidien à soustraire de votre salaire. C’est à vous de voir !

Retour à la liste