Nettoyeur de l'extrême chez Easy Corde

Nettoyeur de l'extrême Chasseurs d’emploi est parti à la rencontre des cordistes. Ces ouvriers du bâtiment capables de réaliser n’importe quels travaux en hauteur, suspendus à une corde. Rendez-vous a donc été pris sur les toits de Lille, dans le quartier d’Hellemmes, avec Tony Delporte et deux de ses salariés, Maxime et Jean-Pierre.

Nous les retrouvons allée des Fileuses, perchés à 25 mètres, sur le toit d’une ancienne filature transformée en lofts. Le nettoyage de plus de 200vitres les attend. «À cette hauteur, c’est de la rigolade », annonce Maxime, en enfilant son baudrier. «Rien à voir avec celui qu’on utilise pour l’escalade, explique d’emblée son patron. Celui-ci est équipé d’une dorsale pour tenir les lombaires et d’un bloqueur pour pouvoir remonter le long de la corde. » Il y a aussi un descendeur flanqué d’un anti-panique et d’un système anti-chute au cas où la corde viendrait à casser. « Ce qui n’arrive jamais », assure Tony. Pour des questions de sécurité évidentes, les cordistes ne travaillent jamais seuls et doivent toujours avoir leur(s) collègue(s) en visuel. « On est capable de se secourir sur corde et on est également formé aux risques électriques, chimiques… Dans ce métier, on n’a pas droit à l’erreur », intervient Jean-Pierre. « Il y a toujours une appréhension avant la première descente de la journée. Un cordiste qui n’a pas d’appréhension n’est pas un bon professionnel », complète Tony Delporte.

Les couteaux suisses du bâtiment

Lui est un enfant du cirque. Comme son père et son frère cadet, Tony était funambule. Mais un jour, il a voulu quitter le clan. Changer de vie. Devenir sédentaire. « Forcément la corde, c’était la suite logique. » Il y a onze ans, il se fait donc embaucher comme cordiste. Cinq ans plus tard, en 2012, il crée l’entreprise Easy Corde à La Madeleine avec un ancien collègue, Vivien Bonnier. Ils commencent l’aventure à trois, avec un laveur de vitres devenu depuis conducteur de travaux. Rapidement, les commandes affluent de toute la France. Aujourd’hui, ils sont onze salariés. « Le travail ne manque pas : on reçoit une quarantaine de demandes de devis par semaine », calcule le gérant.

Easy Corde propose du service de nettoyage, mais aussi de la maçonnerie, de la peinture, de la mise en sécurité... « Nous sommes les couteaux suisses du bâtiment », s’amuse Tony. « Il y a forcément des moments moins drôles que d’autres, souligne Maxime. Mais quand on est là-haut, qu’est-ce qu’on se sent bien ! ». Même si le métier est très physique (courbatures assurées les premiers jours !), il attire de plus en plus de femmes, qui se spécialisent plutôt dans le nettoyage de vitres et les travaux de peinture. 

Easy Corde recrute toute l’année

Easy Corde recrute des cordistes été comme hiver, pour des missions diverses. Si vous avez une compétence particulière, c’est forcément un plus. Postulez par mail à travaux-en-hauteur@easycorde.fr

Retour à la liste