Le secteur de l’hôtellerie restauration toujours en tension

Le secteur de l’hôtellerie restauration toujours en tension

Le secteur de l’hôtellerie restauration . Il faut dire que le secteur a subi de plein fouet la crise sanitaire. Avec plusieurs fermetures, parfois longues de six mois pour les bars et restaurants, l’inquiétude des salariés du secteur était à son paroxysme. Pendant très longtemps, bien malin était celui qui pouvait prédire cette sortie de crise. D’où cette interrogation qu’ont dû certainement soulever nombre de salariés : est-il vraiment raisonnable de poursuivre dans ce secteur d’activité ?

Le secteur de l’hôtellerie restauration en manque d’effectif

Selon une étude publiée le 28 septembre dernier par le service statistique du marché du travail, le secteur de l’hôtellerie restauration a perdu environ 237 000 salariés entre février 2020 et février 2021. Avec comme conséquence, un manque de personnel notable au moment de la réouverture de certains établissements, précise l’étude : “ Fin juin 2021, avec le redémarrage de l’activité et la levée progressive des contraintes sanitaires, les difficultés de recrutement bondissent dans le secteur : 3 salariés sur 10 travaillent dans des entreprises qui signalent un manque de personnel et 1 salarié sur 10 dans des entreprises qui attribuent cette situation au départ non anticipé de salariés placés en activité partielle “.

En octobre, les difficultés à composer les effectifs sont toujours d’actualité. Car la crise semble avoir détourné définitivement des milliers de personnes du secteur. “ Entre février 2020 et février 2021, 21 000 salariés de plus que l’année précédente ont quitté l’hébergement-restauration pour un autre secteur et 25 000 ont cumulé pendant la période de fermeture leur indemnité d’activité partielle avec un autre contrat débuté après le deuxième confinement “, ajoute l’étude.

Redonner de l’attractivité au secteur de l’hôtellerie restauration

Malgré le concours de plusieurs institutions et associations (Pôle Emploi, Chambre du commerce et de l’industrie, Mission locale, etc.) pour relayer les offres d’emploi, le secteur de l’hôtellerie restauration peine toujours à se montrer attractif. Alors pour tenter d’y remédier, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih) a fait quelques propositions ce mardi 5 octobre : une augmentation du salaire de 6 à 9 %, un 13ème mois et l’obtention d’un week-end non travaillé par mois. Le président Emmanuel Macron avait lui aussi  annoncé lundi 27 septembre la défiscalisation des pourboires payés par carte bancaire, tout en indiquant que 110 000 emplois étaient à pourvoir dans le secteur. Du personnel dont les chefs d'établissements ont plus que jamais besoin pour faire tourner leur activité comme il se doit. D’autant que depuis le 30 septembre, ils ne peuvent plus compter sur le fonds de solidarité versé par le gouvernement aux entreprises les plus affectées par la crise.

Retour à la liste