Le congé proche aidant : quelles sont les évolutions ?

Le congé proche aidant : quelles sont les évolutions ?

Le congé proche aidant

La crise sanitaire a mis en évidence l’importance d’être aux côtés des personnes en situation difficile. Surtout les plus démunies, auprès desquelles il a été parfois compliqué d’apporter une assistance. C’est pourtant le but du congé proche aidant, lequel a été révisé en ce mois d’octobre, notamment en fixant le montant des allocations journalières au niveau du Smic. Le congé proche aidant, ça ne vous dit rien ? On vous explique ci-dessous de quoi il s’agit et les conditions pour en bénéficier :

Qu’est-ce qu’un congé proche aidant ?

Successeur du congé de soutien familial, le congé proche aidant est entré en vigueur en octobre 2020.  Son but ? Permettre à un salarié de cesser temporairement son activité pour se consacrer aux besoins quotidiens d’un proche en situation de handicap ou qui fait l’objet d’une perte d’autonomie, mais aussi en cas d’une particularité grave. Mais un an plus tard, le congé proche aidant reste assez méconnu. À ce jour, seulement 5000 personnes en ont bénéficié jusqu’alors. De nombreuses demandes ont été refusées car elles ne rentraient pas dans les conditions d’attribution. C’est pourquoi le gouvernement a décidé en ce mois d’octobre d’assouplir ce dispositif en élargissant le congé proche aidant “ aux personnes dont le handicap ou la perte d’autonomie, peuvent, sans être d’une particulière gravité, nécessiter une aide régulière “.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Il est important de savoir que le congé proche aidant est ouvert à tous les salariés. Toutefois, ces derniers sont éligibles à condition d’avoir un lien direct avec la personne vulnérable, laquelle doit obligatoirement vivre en France. Voici les cas de figure acceptés :

  • la personne avec laquelle vit le salarié
  • son ascendant, son descendant ou un autre membre de la famille (frère, soeur, tante, neveu, etc.)
  • une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient étroit et stable, et à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente.
  • Actuellement, on estime qu’entre 8 et 11 millions de Français s'occupent d’un proche handicapé ou en perte d’autonomie, ou atteint d’une maladie chronique.

    Pendant quelle durée ?

    Le congé proche aidant ne peut excéder une durée de trois mois consécutifs. Toutefois, ce congé peut être fractionné et renouvelé sans pouvoir dépasser un an sur l’ensemble de la carrière du salarié.

    Est-on indemnisé pendant un congé de proche aidant ?

    Tout à fait ! Généralement, le salarié bénéficiant du congé proche aidant n’est pas rémunéré par son employeur mais la Caisse d’Allocations Familiales (CAF). Le gouvernement a également décidé en ce mois d’octobre de revaloriser l’indemnisation au niveau du Smic. Le montant de l’allocation est désormais de 58 euros net par jour, contre 52 euros auparavant.

Retour à la liste