Ineat Group veut doubler ses effectifs d’ici deux ans

Société numérique de la métropole lilloise, Ineat prévoit d’employer 400 personnes dans un groupe qui s’étend désormais au-delà des frontières françaises. En novembre, une cinquième soirée de recrutement sera organisée à Lille.

Ineat Group est l’une des plus belles réussites numériques de la région. Première start-up installée à EuraTechnologies en 2006, elle est aussi la première à en être sortie pour se poser quelques mètres plus loin.

Spécialisée à l’origine dans le conseil informatique, la société propose aujourd’hui une palette complète de services et de produits numériques. La petite start-up lilloise est devenue grande et emploie quelque 200 salariés à Lille, Paris, Lyon, Bruxelles, Londres et depuis peu, au Canada. En novembre 2017, Ineat Group a racheté une autre entreprise numérique de la région, Phocéis, accédant par la même occasion au marché asiatique.

Boostés par une croissance annuelle de 30 %, les dirigeants nordistes envisagent d’atteindre les 30 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2020 (contre 19 millions actuellement). Et prévoient dans le même temps de doubler les effectifs, passant de 200 à 400 salariés, dont 250 au siège lillois (contre 170 aujourd’hui). « Dans le Nord, nous souhaitons également faire monter les gens en compétence rapidement, précise Solène Mannechez, la responsable des ressources humaines. Cette année à Lille, nous avons ainsi formé dix-sept personnes aux fonctions de manager. »

Ineat recrute en CDI sur différentes missions : le développement, le conseil, la gestion de produit, le design... Et pour attirer de nouveaux talents sur un marché ultra-concurrentiel, la société rivalise d’ingéniosité. Le mois prochain (la date sera communiquée ultérieurement dans Chasseurs d’emploi), une soirée de recrutement aura lieu sur une péniche. Le nom de l’événement est tout trouvé : Embarquement Immédiat. "L’idée, c’est de permettre aux candidats de se projeter plus facilement chez Ineat", poursuit Solène Mannechez. En 2019, un rendez-vous de ce type aura lieu chaque mois.

Ineat veut faire de la convivialité sa marque de fabrique. Ainsi la chargée de communication est aussi chef du bonheur des salariés. Cours de guitare, tournoi de babyfoot, séances de sport… tout est prétexte à créer une bonne ambiance. Résultat : un taux de turn-over plus faible que dans les autres entreprises du secteur (10 %). "Nos consultants sont sur-sollicités, mais chez Ineat, on a trouvé le juste équilibre entre l’état d’esprit et l’expertise", souligne la responsable RH. 

Retour à la liste