Être ingénieur, ça veut dire quoi ?

Date de publication: 25 juil. 2018

Le métier d'ingénieur, tout le monde en a déjà entendu parler mais quand il s'agit d'expliquer en quoi consiste réellement cette profession, les choses se compliquent. Et pour cause : le métier recouvre des fonctions très diverses dans tous les secteurs d'activités.

Il y a des ingénieurs des travaux publics ou bien des ingénieurs informatiques. Il y a aussi des ingénieurs financiers, des ingénieurs méthodes ou encore des ingénieurs pédagogiques. Difficile de s’y retrouver ! Plus un titre qu’une profession à part entière, le terme « ingénieur » désigne un corps de métiers tous très différents. Leur point commun : des connaissances techniques et pointues dans un domaine particulier et des capacités à voir toujours plus loin. En résumé, l'ingénieur est une personne qui participe au progrès. C'est à lui (ou à elle) qu'on fait appel lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes d'ordre technologique mais aussi d'innover, de préparer le monde de demain. Pour cela l'ingénieur invente, améliore, conseille, fait fonctionner, conçoit, fabrique et dirige des projets entouré le plus souvent de son équipe composée d’ingénieurs également et de techniciens. Tous les secteurs d'activités sont concernés par le développement et l’innovation c’est pourquoi les ingénieurs exercent dans tous les domaines : industrie, agroalimentaire, énergie, santé, informatique, recherche, finance, etc.

Pas de morosité chez les ingénieurs

En 2017, la population totale d'ingénieurs diplômés d'une école française était estimée à plus d’un million d'individus*. Nombreux en effet sont les étudiants à rejoindre chaque année les bancs des grandes écoles d’ingénieurs. L'enseignement supérieur français compte plus de 200 écoles d'ingénieurs, dont une cinquantaine d’écoles privées, le reste étant des écoles internes aux universités. En 2016/2017, 136 420 élèves-ingénieurs y étaient inscrits, dont 27% de femmes et 14,3% d'élèves étrangers. La même année, plus des deux-tiers des étudiants préparant un diplôme de niveau Master dans le domaine des sciences et technologies étaient en formation d'ingénieurs. Autre indicateur significatif : le dispositif de formation par la voie de l’apprentissage représente désormais près de 15% de l'effectif d'élèves-ingénieurs, un chiffre en hausse d’années en années.

Le marché de l’emploi français est toujours aussi favorable aux jeunes diplômés ingénieurs : le taux de chômage de l'ensemble de la population d'ingénieurs de moins de 65 ans est de 3,9%, c’est-à-dire trois fois inférieur à celui de l'ensemble de la population active française. Pour le secteur de l’ingénierie comme pour de nombreux autres secteurs, l’enjeu essentiel est aujourd’hui la digitalisation. Les jeunes diplômés ont la chance d’être mieux formés que leurs aînés aux nouvelles technologies. Les ingénieurs qualifiés dans ce domaine sont très prisés par les recruteurs à l’instar des ingénieurs robotiques en numérique et électronique dans le domaine automobile et des transports.

* Source : CDEFI (Conférence des Directeurs des Écoles Françaises d’Ingénieurs)