Changer de job en 3 étapes malgré la crise

Contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible de changer de travail ou d’entreprise pendant une période de crise. Des offres d’emploi sont toujours présentes, des secteurs vont fortement recruter en 2021, de nouveaux métiers vont naître de la crise… Alors n’ayez pas peur de vous lancer, c’est peut-être le bon moment pour vous ! Cependant, comme la situation est toujours incertaine et comme les entreprises ne peuvent pas facilement se projeter sur l’année à venir, nous vous donnons quelques conseils pour que votre changement de job se fasse sans mauvaise surprise.

Changer de job pendant la crise

1. S’assurer que l’embauche se fera à court terme malgré la crise avant de changer de job

En ce moment, il est évident que les candidatures spontanées n’ont pas la cote. Il est préférable de répondre à des offres d’emploi déjà existantes, pour maximiser vos chances de changer de travail et de le faire discrètement si vous êtes déjà en poste. Lors de votre entretien, n’hésitez pas à demander si l’embauche est urgente, si elle doit se faire le plus vite possible, si elle doit être concrétisée dans les 3 prochains mois ou encore si l’entreprise fait une première recherche de profils pour une création de poste dans l’année venir. Vous ne pouvez pas prendre le risque de démissionner sans avoir une embauche sûre à la clé de l’autre côté, si vous êtes déjà en poste. De toute façon, l’employeur comprendra totalement que vous n’allez pas quitter un job avec lequel vous êtes en sécurité, surtout en cette période de crise, à moins qu’il vous fasse une promesse d’embauche…

2. Demander une promesse d’embauche pour votre nouveau job et démissionner

La promesse d’embauche n’est pas un simple papier qui vous rassure et vous donne une date d’entrée dans votre nouvelle entreprise. Elle vous engage vous juridiquement et engage aussi votre future entreprise. Elle vous permet de quitter sereinement votre job actuel, car si votre nouvel employeur n’honore pas sa promesse d’embauche, vous pouvez vous retourner contre lui juridiquement et il devra, soit vous embaucher, soit vous verser des dommages et intérêts. Mais l’inverse est vrai aussi. Si vous ne vous présentez pas pour votre premier jour, l’entreprise peut elle aussi se retourner contre vous. Il vous faut donc bien gérer votre période de préavis dans votre job actuel, pour respecter tous les délais. A vous de voir si vous démissionnez ou si vous pouvez négocier une rupture conventionnelle.

3. Nouer un lien avec votre nouvelle entreprise malgré la crise

Dernière chose, si vous avez signé et que vous y êtes, maintenant, il va falloir faire bonne impression, soit sur place, soit à distance ! Et en étant en télétravail, cela n’est pas facile, même pour vous, pour vous sentir intégrer au sein de votre nouvelle entreprise. N’hésitez pas à prévoir des points réguliers, pourquoi pas une fois par semaine avec votre chef, histoire de vous rassurer, mais aussi des visioconférences avec vos collègues, pour développer votre sentiment d’appartenance à l’équipe !

Retour à la liste