3 secteurs qui recrutent en Champagne-Ardenne

En pénurie de main-d’oeuvre, certains secteurs économiques sont des cibles de choix pour les candidats à un premier emploi comme à une reconversion.

 

L'industrie recrutent en Champagne-Ardenne

1. LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS
« La moitié des entreprises de ce chantier ont des problèmes pour recruter.» En charge de la transformation d’une coopérative vinicole, entre Reims et Épernay, l’ingénieur Thibaut Maximy, nous expliquait avant l’été l’étendue des problèmes de sous-effectifs dans les métiers du bâtiment. Il y a du travail, mais pas assez de maçons, couvreurs, électriciens… Beaucoup d’offres concernent spécifiquement les conducteurs de travaux et chefs de chantier, au niveau bac+2 (DUT génie civil, par exemple) mais il y a des embauches à tous les niveaux de qualification. Après avoir subi la crise de plein fouet (40 % d’emplois perdus en huit ans dans l’Aisne), l’activité est repartie.

Quelle formation suivre ? « Le niveau CAP devient parfois un peu juste pour des métiers comme électricien, plombier, chauffagiste… », estime le représentant départemental du secteur dans l’Aisne. « Mais nous sommes l’une des professions où l’ascenseur social marche le mieux : on peut se former dans les entreprises et acquérir des responsabilités. » Les employeurs cherchent des salariés qui savent travailler de façon autonome, car s’adapter est une nécessité, dans un métier en constante évolution. La formation en apprentissage est une porte d’entrée vers ces métiers. Actuellement, le CFA du BTP du Grand Est cherche des candidats pour plus de 300 postes en entreprise.
Plus d’informations :
- btpcfa-champagneardenne.fr

 

2. L’INDUSTRIE
Des fondeurs ardennais aux ingénieurs d’Axon’Cable, dans le sud de la Marne, l’industrie recrute dans la région. Dans cette dernière entreprise, installée à Montmirail, « on recrute des ingénieurs, dans tous les secteurs, pour des emplois, des stages, des VIE », expliquait l’entreprise en septembre, à l’occasion du salon Avenir et Carrières. Des postes d’opérateurs, sans condition de diplôme, sont également à pourvoir. Rien que sur le site du Pôle de formation UIMM de Champagne-Ardenne, plus de 200 postes sont actuellement proposés. Exemples parmi les nombreux profils recherchés : BTS Maintenance des systèmes (chez Alstom à Bezannes dans la Marne ou chez Vinci Facilities, à Troyes), bac pro Pilotage de ligne de production (à la Fonte ardennaise, à Vivier-au-Court)… Petites et grandes entreprises doivent embaucher pour compenser les départs à la retraite, parfois en urgence. « Faute de bras, je suis contraint parfois de refuser des contrats de plusieurs dizaines de milliers d’euros », déplorait l’année dernière Jean-Pierre Henripré, à la tête d’une entreprise de chaudronnerie et d’usinage près de Châlons-en-Champagne. Chaudronnier,
voilà un métier qui recrute.

Plus d’informations :
- formation-industries-ca.fr/offres-alternance
- www.henripre.com

 

3. LA SANTÉ ET LE SOCIAL
Le vieillissement de la population fait que les métiers de la santé et du paramédical offrent de plus en plus de débouchés. Ce sont des métiers qui demandent un grand investissement personnel mais qui en même temps donnent du sens à son travail. Médecins ou aides-soignants, on recrute à tous niveaux de qualification. Les travailleurs sociaux sont également très recherchés. « 90 % des personnes qui ont réussi l’un de nos examens trouvent un emploi dans les six mois », confiait l’année dernière Nicolas Bonneville, directeur général de l’IRTS (Institut régional du travail social) à Reims.
Plus d’informations :
- https ://irtsca.fr/

Retour à la liste