Comment négocier votre salaire au boulot ?

Parlez salaire en France est encore un sujet tabou, même si avec l'arrivée des Millennials, on prend moins de pincettes pour aborder le sujet.  Malgré tout, il y a de bonnes pratiques à connaitre pour négocier au mieux une augmentation. On vous dit tout ! 

Négocier son salaire

CHOISIR UN BON MOMENT. Ne prenez jamais votre manager au dépourvu, choisissez un moment adéquat pour aborder la question : soit à l'entretien d'évaluation, soit un entretien dont vous faites la demande. L'idéal est d'en parler avant la période d'établissement des budgets car il est trop tard une fois qu'ils sont bouclés. Selon les entreprises, cette période se situe entre octobre et novembre, ou en janvier. 

CONNAITRE LES PRATIQUES DE L'ENTREPRISE. Les grilles de salaire et les enveloppes budgétaires posent des limites concernant la marge de négociation. Un manager qui refuse une augmentation ne le fait pas forcément contre vous, il a peut-être en tête un souci d'égalité vis-à-vis du reste de l'équipe. Ayez bien en tête que sa décision ne tient pas qu'aux seuls résultats d'un collaborateur. De plus, certaines entreprises attribuent les rémunérations en fonction des niveaux de diplômes et des classements aux écoles. 

SAVOIR CE QU'ON VAUT SUR LE MARCHE. Candidats, employeurs, managers, salariés, étudiants et parents nous posent régulièrement ces questions et se plaignent d’avoir des réponses trop évasives. Des applications de simulation de salaire peuvent vous aider à comparer/calculer le vôtre: Salaireomètre de Randstadt pour les non cadres, Salary Checker de Robert Walters, Salairescom d’Elae pour les métiers de la communication…

SAVOIR CE QU'ON VEUT NIVEAU SALAIRE. 

« Il faut aborder la question du salaire packagé, penser aux avantages mais aussi aux autres systèmes de rémunération comme l’intéressement et la participation quand ils existent dans l’entreprise », poursuit notre interlocutrice. Négocier un salaire ou une augmentation est un jeu de questions/réponses. « Allez-y par paliers successifs, optez pour la souplesse plutôt que pour la position arrêtée », recommande-t-elle. Enfin, cela fait appel à votre libre-arbitre, sachant que la mission du poste, l’ambiance et les conditions de travail, les perspectives d'évolution ont aussi une valeur.

NE PAS ETRE DÉSTABILISÉ PAR LES OBJECTIONS. 

Retour à la liste